Loading ...
Loading ...
Loading ...
14-05-2019

Interview avec le vainqueur d’étape Nairo Quintana

Le spécialiste colombien de la montagne (Movistar) a attaqué à 30 km de l’arrivée et s’est octroyé une impressionnante victoire en solitaire à Arosa.

Tour de Suisse: Tu te souviens bien de la 7e étape du Tour de Suisse 2018?
Nairo Quintana: Oui, je m’en souviens bien. Je sortais de quelques semaines d’entraînement importantes en Colombie. Cette étape a joué un rôle clé pour moi: c’était un test de résistance pour ma condition physique, et il était aussi important pour mon équipe de voir que j’étais en forme pour le mois de juillet.

TdS: L’étape était relativement peu spectaculaire jusqu’à Coire avec un grand groupe d’échappés qui menait la course. Puis tout a changé dès les premiers mètres d’ascension. Avais-tu prévu depuis longtemps d’attaquer au pied de la pente?
NQ: Oui, tout cela faisait partie d’une stratégie que nous avions élaborée avec l’équipe et surtout avec notre directeur sportif José Luis Arrieta. José fêtait son anniversaire ce jour-là, ce qui nous a donné une double occasion de célébrer. Avant l’ascension déjà, nous avions légèrement haussé le rythme et accéléré dans la plaine avec Daniele Bennati. Nous voulions rattraper le grand groupe d’échappés de près de 30 coureurs qui s’était formé juste après le départ. Nous avons beaucoup profité du travail de Víctor de la Parte. Son soutien a été essentiel pour lancer l’attaque.

TdS: A quoi pense-t-on quand on s’échappe en solo au pied d’une ascension de 30 km?
NQ: J’étais conscient que ça serait très difficile et épuisant. En même temps, la performance de l’équipe m’avait montré qu’elle m’accompagnerait aussi loin que possible. Et c’est ce qui s’est passé.

TdS: Personne n’a pu te suivre et on ressentait de la nervosité dans les rangs de la BMC.
Savais-tu qu’il y avait un long passage plus plat au milieu de l’ascension?
NQ: Oui, et De la Parte y avait un rôle central dans notre stratégie: il m’était impossible de gérer cette partie plate tout seul. Sans le soutien des autres et une bonne coopération dans l’équipe, je n’aurais pas pu conserver mon avance.

TdS: Dans cette section plus plate, tu es parvenu à rattraper le groupe d’échappés, mais tu as dû faire tout le travail seul. As-tu été agacé par cette situation ou as-tu simplement pu ignorer le groupe de coureurs dans ta roue?
NQ: Grâce au soutien de De la Parte, je n’étais pas complètement seul sur la partie plate. Sans oublier Mikel (Landa) qui me suivait et qui a attaqué à plusieurs reprises afin de perturber le rythme de l’équipe BMC. Je lui ai moi-même demandé de le faire.

TdS: Dans l’ascension, Richie Porte a bénéficié du travail intensif de Greg van Avermaet qui lui a ouvert la voie dans la partie centrale, puis il a pu suivre le rythme de Jakob Fuglsang dans la dernière montée. Ta joie a-t-elle été un peu troublée par le fait qu’au final, ton avance sur le leader Richie Porte n’était pas très grande?
NQ: Pas du tout. La victoire d’étape était déjà une grande réussite pour moi, d’autant qu’il s’agissait de ma première victoire de l’année. Ça a aussi fait énormément de bien au moral de l’équipe dans la perspective des défis à venir. Dans de tels moments, on ne se demande pas si l’avance était grande ou petite: une victoire d’étape sur le Tour de Suisse est quelque chose de spécial en soi.

TdS: Après le contre-la-montre final à Bellinzone, tu as terminé 3eau général. Le podium au classement général était-il un objectif pour toi ou était-ce plutôt une victoire d’étape?
NQ: La victoire au classement général n’était pas mon objectif principal. Lors du Tour de Suisse de l’an dernier, notre objectif était plutôt de nous montrer acteurs de la course. C’est ce que nous avons réalisé avec cette première petite «bataille» à Arosa et lors du contre-la-montre qui s’est plutôt bien passé.

TdS: En tant que cycliste professionnel, tu voyages presque partout dans le monde. Qu’est-ce qui t’a marqué en Suisse? Quelles impressions te reste-t-il?
NQ: J’ai été particulièrement impressionné par l’ordre général. Des itinéraires de course uniques, des villages très jolis et soignés... Et les fans ici sont certes enthousiastes, mais toujours très respectueux. Les standards de qualité de la course sont très élevés à bien des égards.

TdS: Merci beaucoup Nairo, et bonne chance pour ta saison. Nous espérons te revoir en juin!
NQ: Merci beaucoup! Oui, si c’est compatible avec notre programme, je serais incroyablement heureux de revenir vous voir cette année. Ou sinon dans les années à venir.

 

share this page