Compensation du CO2 lors du Tour de Suisse
3. juin 2021

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Quiconque a déjà vécu une course cycliste en direct sur place ou l’a regardée à la télévision sait à quel point le cyclisme est épuisant. Pour les coureurs, mais aussi pour le personnel d’assistance, qui attend sur la ligne d’arrivée ou roule derrière. Le convoi officiel est composé de plusieurs véhicules. Une partie conduit devant le peloton pour assurer la sécurité du trafic. Les véhicules de gestion, en revanche, sont toujours proches des coureurs. En tant que partenaire du Tour de Suisse, Shell veille à ce que les émissions de CO2 de l’organisation du Tour, qui sont dues à la conduite, soient compensées. Shell compense non seulement le CO2 produit par la combustion du carburant, mais aussi la production, le transport et la distribution (station-service) du carburant dont l’empreinte doit être compensée.

Reforestation de flore et de faune
À cette fin, Shell a sélectionné des projets internationaux de conservation et de reforestation dans des zones de flore et de faune, dont la compensation du CO2 est contrôlée et certifiée dans des conditions strictes. Il s’agit notamment du projet de parc national de Cordillera Azul au Pérou et du projet de restauration et de conservation des tourbières de Katingan en Indonésie. Vous trouverez plus d’informations sur la compensation des émissions de CO2 et sur les projets ici.

Éviter, réduire, compenser
Une décarbonisation suffisante ne peut réussir qu’en évitant les émissions, d’une part. Nous devons tous changer notre comportement de consommateur. Pour certaines personnes, un rapide trajet matinal en voiture jusqu’à la boulangerie pour acheter un croissant peut constituer une qualité de vie. Mais au vu du changement climatique, c’est plutôt contre-productif. Il serait préférable de marcher ou de faire du vélo plus souvent et de laisser la voiture à la maison. Puis en réduisant le mix énergétique mondial qui va passer des combustibles fossiles aux énergies alternatives. Cela signifie plus de bio, plus d’hydrogène, plus d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables. Et dans un troisième et dernier temps, nous utiliserons des solutions basées sur la nature pour compenser le CO2. Les technologies modernes, telles que le captage du CO2 et son stockage dans le sol, mais aussi les investissements dans la conservation des zones naturelles, apportent une contribution supplémentaire à la neutralité climatique.

Shell et cyclisme
Shell était déjà présent dans le cyclisme dans les années 80. Philippa York (ici sous les traits de Robert Millar lors du Tour de France 1983), la figure de proue de l’équipe Peugeot-Shell-Michelin, a célébré des victoires d’étape et des victoires au classement de la montagne au Tour de France, au Giro d’Italia et à la Vuelta. Près de 40 ans plus tard, les choses ont changé: Philippa York est de retour sur la scène, partageant ses connaissances avec les téléspectateurs en tant que commentatrice et journaliste cycliste. Shell a également changé et s’est fixé pour objectif de devenir une entreprise à émissions nettes nulles d’ici 2050 ou plus tôt, en harmonie avec la société et les clients.

Photo Credit: Graham Watson

Derniers articles