Double strike de Simon Spilak
16. juin 2017

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Simon Spilak (SLO/KAT) a remporté la 7e étape avec une course régulière dans la montée finale de 14 km du Tiefenbachferner au-dessus de Sölden. Spilak s’était habillé en même temps que le maillot de leader.

Dans la montée de 14 km qui mène au point culminant d’un tour professionnel en Europe (2’780 m), Spilak avait de moins en moins d’adversaires autour de lui. C’est en partie grâce à son coéquipier Rein Taramää (EST), qui a longtemps été responsable du rythme du groupe principal qui ne cessait de diminuer. A cette époque, Domenico Pozzovivo (ITA/ALM) dans Maillot jaune et Mathias Frank (SUI/ALM) étaient clairement derrière.

En fin de compte, il a fallu également laisser partir Joseph Dombrowski (USA/CDT) Spilak, qui a remporté le Tour de Suisse il y a deux ans et qui n’a pas réussi depuis lors. Mais les Slovènes avaient encore un long chemin à parcourir, d’autant plus que Ion Izagirre (ESP/TBM) a parcouru la seconde moitié du parcours plus rapidement dans le monde des glaciers et a remonté dangereusement. Au final, le second du Tour de Suisse de l’année dernière a été battu de 22 secondes.

Jeudi, il était entré dans une crise au col de l’Albula. Mais vendredi, il a eu l’impression d’avoir de bonnes jambes en se levant, a déclaré Spilak. C’est ainsi que Spilak a expliqué la transformation miraculeuse : « Jeudi, il faisait trop chaud pour moi. Je roule mieux par temps frais ». Le fait que Spilak ait remporté la majorité de ses succès dans notre pays (3 étapes ainsi que le classement général du Tour de Romandie 2010) repose sur une explication simple : « Je me plais ici, c’est tout.

En ce qui concerne la sortie du 81e Tour de Suisse, une décision préliminaire a été prise sur la montée au Tiefenbachferner. Hormis Spilak, seuls Damiano Caruso (ITA/BMC, 52 secondes derrière) et Steven Kruijwijk (NED/TLJ, 1:05 minutes derrière) sont éligibles pour la victoire finale. La décision sera très probablement prise dimanche lors du contre-la-montre à Schaffhouse. Spilak n’a pas pu obtenir de pronostic. Mais il a avoué en souriant : « Dans les examens contre la montre, je ne suis pas si mauvais que ça ».

Derniers articles