Elia Viviani a remporté le sprint impérial
19. juin 2019

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Sous le maillot du champion italien sur route, Elia Viviani (DQT) a fêté sa première victoire au TdS.

Portant le maillot du champion italien sur route, Elia Viviani (DQT) a fêté sa première victoire d’étape au Tour de Suisse au sprint impérial d’Arlesheim. Peter Sagan (SVK/BOH) a défendu son maillot de leader.

Environ 30 km avant la fin, les spectateurs ont été surpris par une chute. Un chauffeur d’Astana et Geraint Thomas (GBR/INS) étaient au sol. Le Gallois, qui voulait mettre la touche finale à son triomphe de l’an dernier sur le Tour de France sur les routes suisses, a été contraint d’abandonner et a dû être conduit à l’hôpital pour des examens médicaux complémentaires. Nous espérons que l’homme gallois n’a pas subi de blessures graves. En tout état de cause, nos meilleurs vœux de rétablissement l’accompagnent.

« La dernière ascension de l’Eichberg a été plus difficile pour moi que le sprint final. Quand je suis arrivée au sommet avec le peloton, je savais que la victoire était possible pour moi », a déclaré Viviani à Arlesheim. L’Italien a été piloté dans une position de départ idéale par son assistant Michael Mörkov (DEN) et a profité de la perspective d’un triomphe, qui était également important pour lui car il lui a montré qu’il fait à nouveau partie de la crème absolue des sprinters. Viviani participera au Tour de France pour la deuxième fois de sa carrière et espère reprendre le Maillot jaune à l’issue de la première étape à Bruxelles.

Après que ses assistants aient dominé toute la journée, Sagan (3.) s’est retrouvé seul à la fin. Michael Matthews (AUS/SUN) a été le plus rapide sur les derniers mètres, mais il avait commencé son sprint trop tard.

Comme lundi, c’est à nouveau un quatuor qui a joué le rôle d’animateurs sur les 163,9 km de Morat à Arlesheim. Après de nombreuses attaques après le départ, Robin Carpenter (USA/RLY), Simon Geschke (GER/CCC), Taco Van der Hoorn (NED/TJV) et Gian Friesecke ont réussi à s’échapper du terrain. Finalement, le représentant de l’équipe nationale suisse a lutté avec ses dernières forces contre le rattrapage – malheureusement en vain.

Derniers articles