Interview de Diego Ulissi, gagnant de l’étape
28. avril 2019

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Diego Ulissi (Emirats Arabes Unis) a remporté la 5ème étape rapide vers Leukerbad avec son incroyable départ.

Tour de Suisse : Quels souvenirs gardez-vous de la cinquième étape du Tour de Suisse 2018 ?
Diego Ulissi : Au début du Tour de Suisse, j’étais en parfaite forme : J’avais déjà amélioré ma condition physique au Giro dItalie, mais je n’ai pas réussi à gagner. En Suisse, j’ai été très motivé dès le début pour obtenir un grand résultat. Avec les directeurs sportifs, nous avions décidé que la cinquième étape me convenait particulièrement. Au début, j’étais de bonne humeur, mais en même temps, je savais que la concurrence était forte. La satisfaction après la victoire a été incroyable.

TdS : Le début a été relativement mouvementé. Pendant le franchissement du premier col et pendant toute la descente, le peloton n’a laissé personne entrer dans le groupe des échappés et une vitesse extrêmement élevée a été fixée. Comment avez-vous abordé la première moitié de la course ?
DU : J’ai essayé de tout organiser du mieux que j’ai pu. Donc, pour économiser le plus d’énergie possible, je suis resté dans le sillage de mon équipe. C’est particulièrement important si vous roulez très vite dès le départ.

TdS : Larry Warbasse a été le dernier à être rattrapé. La course a été décidée dans la dernière montée vers Leukerbad. Mikel Landa est passé à l’attaque six kilomètres avant la dernière ligne droite. Son attaque a été explosive. Cela vous a-t-il mis sous pression ?
DU : Dans de telles situations, j’essaie toujours de rester calme. Je garde un rythme régulier et efficace et j’attends le moment le plus opportun pour me donner à fond. J’essaie de ne pas être trop distrait par mes adversaires et de me concentrer pleinement sur ma stratégie. Bien sûr, Landa est très dangereux quand il attaque. Il est tout aussi dangereux de le suivre immédiatement et de réagir à ses attaques : Cela peut mal se terminer !

TdS : En dessous de la flamme rouge vous avez ensuite mené le peloton et avez pu rattraper Landa environ 200m avant la ligne d’arrivée. Votre plan initial était-il de contrôler la course depuis le front ? Vous avez fait un sprint d’environ 400m !
DU : 400 mètres avant la dernière ligne droite, j’ai décidé de tout abandonner et de rattraper Landa, qui avait déjà épuisé son énergie pendant l’attaque. Mes jambes étaient en parfait état, j’ai donc pu dépasser Landa : Quand j’étais en tête, tout ce à quoi je pensais, c’était d’aller plus vite et de ne pas ralentir jusqu’à la dernière ligne droite.

TdS : Leinahe aurait réussi l’évasion de Landas, depuis quand pensez-vous pouvoir sprinter autour de l’étape ?
DU : Au cours de cette étape, j’ai eu le sentiment d’être à la hauteur de tous mes adversaires. Même lorsque Landa a commencé à attaquer, j’ai remarqué que son avance n’était pas très grande et je me suis donc accroché à la conviction que je pouvais gagner.

TdS : Vous êtes connu pour vos arrivées en montagne. Mais sur le papier, la 5e étape ressemblait à la première étape de montagne. Était-ce une étape que vous aviez en tête depuis le début ou avez-vous remarqué sur place, lors de la finale, qu’elle pouvait se transformer en sprint et à votre avantage ?
DU : Pas seulement grâce aux directeurs sportifs de l’équipe ainsi qu’aux entraîneurs, nous avions déjà étudié la scène en détail et je savais que j’avais de très bonnes chances. C’est vrai, j’aime les pistes qui ont de grandes différences d’altitude vers la fin.

TdS : En général, vous avez bien franchi les montagnes au Tour de Suisse et avez obtenu une place dans le Top10 GC. Êtes-vous également allé au GC depuis le début ou êtes-vous allé à une étape au départ et tout s’est mis en place à la fin ?
DU : Si vous êtes en bonne forme, vous pouvez mettre de courtes courses par étapes sur des victoires d’étapes. Si vous gardez aussi un rythme régulier, un bon résultat au classement général se fera tout seul.

TdS : Vous vivez en Suisse depuis quelques années maintenant, vous êtes-vous senti un peu comme chez vous au Tour de Suisse ?
DU : C’est exact. Le Tour de Suisse est la course de mon pays d’adoption ! Je le ressens surtout lorsque les étapes traversent le canton du Tessin – parfois même sur les routes sur lesquelles je m’entraîne tous les jours.

TdS : Et quels sont vos projets pour la saison 2019 ?
DU : En mai, je participerai au Giro d’Italia : j’espère que cela sera positif pour moi. Pour un cycliste italien, le Giro d’Italia est toujours une course très spéciale. Si, comme prévu, je termine le Giro d’Italia en bonne forme, je participerai à nouveau au Tour de Suisse.

TdS : Quel triomphe rêvez-vous, quelle victoire voulez-vous encore ajouter à votre Palmeras ?
DU : Mon rêve est toujours la course Liège-Bastogne-Liège. Sans compter une autre victoire au Tour de Suisse bien sûr.

TdS : Merci beaucoup Diego, et bonne chance pour la saison !

Derniers articles