Série d’interviews : Marc Hirschi
16. avril 2021

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Le jeune cycliste professionnel bernois nous parle de ses débuts, de son avènement réussi l’été dernier et surtout de ses projets pour l’avenir.

Tour de Suisse: «Marc, vous avez participé à votre premier Tour de Suisse en 2019 à seulement 21 ans. Quand la fascination pour le vélo vous a-t-elle saisi ?»

Marc Hirschi: «J’ai toujours aimé le cyclisme, au même titre que mon père. Lorsque nous sommes allés voir le Tour de Suisse pour la première fois, il m’est apparu clairement que je voulais devenir moi-même un cycliste professionnel (sourires)

TdS: «Vous avez pu fêter vos premiers grands succès dans le cyclisme professionnel l’été dernier. Dans quelle mesure cet avènement a-t-il été surprenant pour vous-même?»

MH: «J’ai bien commencé ma première saison professionnelle (2019). Mais je voyais encore qu’il me manquait une étape importante pour atteindre le meilleur niveau mondial et surtout pour gagner dans les très grandes courses. C’est pourquoi j’ai été très surpris moi-même, l’été dernier, de pouvoir franchir cette étape si rapidement afin d’arriver au niveau des meilleurs.»

TdS: «Comment avez-vous vécu ce moment où vous avez réalisé que vous pouviez suivre ou même battre les plus forts?»

MH: «Cela s’est avéré  important mentalement. Je me suis prouvé à moi-même d’abord ce qui était possible et que j’étais sur la bonne voie. Cet aspect mental constitue une grande différence pendant la course. Vous savez alors que vous croyez en vous et que votre équipe est derrière vous et vous soutient pleinement.»

TdS: «On a également pu constater l’été dernier au Tour de France à quel point vous avez réussi à digérer des ascensions plus longues et escalader des cols de première importance Est-ce un objectif à plus long terme pour vous de courir également pour la victoire finale de courses à étapes d’une semaine comme le Tour de Suisse?»

MH: «C’est bien sûr installé dans un coin de ma tête, mais je suis surtout concentré sur autre chose pour le moment. Je pense que pour viser le classement général, j’ai besoin de quelques années de plus. De plus, je dois aussi attendre et voir quelle direction je prends en tant que coureur. Je suis encore jeune et je ne peux pas influencer complètement sur ce développement moi-même.»

TdS: «Les fameuses étapes tristement célèbres mais classiques de la première moitié de la semaine du Tour de Suisse conviennent à votre type de coureur, n’est-ce pas?»

MH: «Absolument. Les étapes typiques du Tour de Suisse, qui sont sélectives et où seul un petit groupe à l’arrivée décide de la victoire, me conviennent bien généralement.»

TdS: «Après vos succès de cet été, que signifie pour vous le fait de participer à nouveau à votre boucle nationale?»

MH: «Quels que soient mes objectifs de la saison, le Tour de Suisse sera toujours pour moi un moment fort. J’ai hâte d’y être cette année aussi!»

TdS: «Marc, merci beaucoup et bonne chance dans la conquête vos objectifs!»

Recent posts