Loading ...
Loading ...
Loading ...
02-06-2019

Interview avec le vainqueur au classement général Richie Porte

L’Australien leader de l’équipe BMC a remporté le Tour de Suisse avec brio. Richie Porte (Trek-Segafredo) parle dans une interview exclusive de la victoire manquée dans l’étape reine, du travail acharné de son équipe et de ses objectifs pour la nouvelle saison.

TdS: Richie, tu es en pleine préparation pour cet été. Repenses-tu parfois à ta victoire au Tour de Suisse pendant ton entraînement? 
Richie Porte: Oui, j’y repense assez souvent. C’était un moment particulier avec la naissance de mon fils... J’ai récemment regardé des photos avec ma femme et j’ai repensé à cette période et à ma victoire au Tour de Suisse qui a vraiment été une grande réussite. C’est la plus grande victoire de ma carrière.

TdS: Toi et ton équipe BMC avez toujours gardé le Tour de Suisse sous contrôle. Stefan Küng a d’abord porté le maillot jaune après la victoire au CLM par équipe, puis tu as pris la tête du classement à partir de Loèche-les-Bains et tu ne l’as plus jamais quittée. A partir de quel moment as-tu été confiant et as-tu cru en la victoire au classement général?
Richie Porte: Oui, c’était une course parfaite pour notre équipe. Après l’étape vers Gommiswald, où j’ai pu creuser l’écart avec mes poursuivants du classement général dans cette courte montée, je savais que j’avais les jambes et que je serais prêt pour les ascensions plus longues. Ensuite, même si l’on ne peut jamais avoir de certitude, j’étais confiant avant le CLM final même si je pensais que des cyclistes comme Wilco Kelderman se rapprocheraient.

TdS: D’un point de vue extérieur, tu as toujours semblé avoir le contrôle, sauf sur l’étape vers Arosa où Nairo (Quintana) a attaqué si tôt. As-tu été surpris qu’il tente sa chance aussi tôt?
Richie Porte: Non, je n’ai pas vraiment été surpris... Il excelle dans les longues ascensions. Il a gagné des étapes comme celle-ci dans le monde entier. Greg van Avermaet contrôlait la course pour nous, nous savions donc qu’il ne gagnerait pas trop de temps.

TdS: Es-tu devenu nerveux quand Nairo a tenu bon?
Richie Porte: Non, je n’étais pas vraiment nerveux. Je savais qu’il y avait un long CLM pour la dernière étape (rires). Mais oui, après la partie plus plate et cette petite descente, Greg m’a lancé pour la dernière partie de la montée. C’était plus raide que je ne le pensais. Ce n’était donc vraiment pas facile.

TdS: La veille, sur l’étape 6 vers Gommiswald, tu as vraiment tout donné dans cette ascension courte mais raide avant la flamme rouge. Aucun de tes concurrents au classement général n’a pu te suivre. Cela t’a-t-il dérangé que Soren Kragh-Andersen de l’échappée ait gagné l’étape? Cela t’a-t-il dérangé de gagner le classement général sans gagner une étape? Ou bien cela n’avait-il pas d’importance pour toi?
Richie Porte: Oui, clairement. Je me dis parfois encore que c’est dommage d’avoir gagné le classement général sans remporter une victoire d’étape. Lorsque l’on gagne le classement général, on veut montrer qu’on est le plus fort. L’équipe a fait tout ce qu’elle a pu pour revenir sur l’échappée. Mais Soren est vraiment puissant!

TdS: Après le CLM final de la dernière journée, tu as gagné le classement général. Qu’est-ce que cela signifiait pour toi à cet instant?
Richie Porte: Oh, c’était tout simplement fantastique. Le Tour de Suisse est probablement la plus importante des courses par étapes sur une semaine, ou plutôt sur neuf jours en fait (rires). Je n’avais pas eu le meilleur des printemps en 2018 alors gagner le Tour de Suisse... Ah, c’était un sacré soulagement. C’est ma plus grande victoire et ça m’a donné confiance pour le Tour de France!

TdS: Quelques mois se sont écoulés depuis le Tour de France. Alors que les choses ne se sont pas passées comme tu l’espérais, quel regard portes-tu sur ta victoire au Tour de Suisse?
Richie Porte: Oui... J’ai à nouveau chuté lors de la 9eétape. C’était tellement décevant et frustrant. Tout semblait si bien parti pour moi et pour l’équipe. Nous sommes allés en France avec de grandes attentes et nous voulions gagner, mais aussi montrer notre respect pour Andy Rihs après sa disparation et lui rendre hommage pour tout ce qu’il a fait pour cette équipe. Alors oui, je préfère repenser aux jours passés en Suisse.

TdS: Qu’il s’agisse d’une étape de sprint, d’une étape de montagne ou d’une victoire finale au classement général, chaque interview est l’occasion de rappeler l’importance de l’équipe et de féliciter les coéquipiers. Mais pour quelqu’un qui connaît moins notre sport, quelqu’un qui ne regarderait que les 10 derniers kilomètres d’une course, peux-tu décrire à quel point ton équipe a été importante pour t’aider à gagner le classement général et à quels moments de la course le travail d’équipe a été décisif?
Richie Porte: Eh bien, c’est un sport d’équipe. C’est une équipe comme celle que l’on formait avec Michi (Schär), Greg van Avermaet, Stefan Küng, Simon Gerrans et les autres qui vous permet de gagner une course comme le Tour de Suisse.
Dans l’étape reine, après avoir franchi ces deux grandes montagnes, c’est Michi qui a tiré tout le peloton à lui tout seul (rires). Bon, ce n’est peut-être pas le meilleur exemple de travail d’équipe en fait. Et c’est drôle, nous sommes tous dans des équipes différentes cette saison...

TdS: Effectivement, tu as changé d’équipe en 2019, comment cela se passe-t-il avec Trek Segafredo jusque-là?
Richie Porte: Super bien! Nous avons bien démarré au Tour Down Under et tout semble sur la bonne voie. La vraie course commence maintenant en Europe.

TdS: Tu es devenu père juste avant le départ du TdS. Cela a dû être assez difficile de quitter sa famille si tôt et de se concentrer pleinement sur la course. Comment as-tu réussi à rester concentré?
Richie Porte: Eh bien, c’est mon travail. Quand j’ai dû partir, cela m’a beaucoup motivé pour donner le meilleur de moi-même. Gagner le Tour de Suisse a été un si grand moment. Sans oublier l’ours en peluche offert par la direction du Tour de Suisse (rires). C’était sympa et ça me rappelle ces bons moments.

TdS: Tu avais gagné le Tour de Romandie l’année précédente, mais tu n’avais jamais fait le Tour de Suisse. Qu’est-ce qui t’a décidé à participer au Tour de Suisse en 2018?
Richie Porte: J’en avais assez de finir deuxième au Dauphiné (rires). Et j’ai eu de la chance avec la naissance, le timing était juste meilleur avec le Tour de Suisse.

TdS: En tant que cycliste professionnel, tu voyages partout dans le monde et tu cours dans tant d’endroits. Quel souvenir particulier te revient à l’esprit concernant la course en Suisse? Y a-t-il quelque chose qui a attiré ton attention ou ton regard?
Richie Porte: Oui, les routes. Les routes sont si bonnes.Et même si on souffre, on réalise combien ce pays est beau. Je pense que la Suisse est l’un des plus beaux endroits du monde. Sans oublier ses superbes vaches! (rires)

TdS:Merci, Richie et bonne chance pour cette saison et la réalisation de tes objectifs!

 

share this page