Loading ...
Loading ...
Loading ...
14-06-2018

Richie Porte fermement accroché à sa place de leader

Dans le finale de l'étape-reine Richie Porte (BMC/AUS), a réussi à accroître son avance de 12 secondes sur ses rivaux.

Dans les derniers mètres du parcours de 186 km entre Fiesch et Gommiswald Richie Porte a effectué une démonstration de force. L'Australien a accéléré le rythme de façon à éliminer ses adversaires les uns après les autres. «Dans un premier temps, je n’avais aucune intention d'attaquer, mais je me suis aperçu de l’écart effectué. J'ai osé faire quelque chose. Je me suis presque surpris à constater que mes rivaux ne pouvaient pas suivre le rythme. Est-ce que je vais encore attaquer lors de la nouvelle arrivée au sommet, vendredi à Arosa ? Qui sait ! Dans le cyclisme, chaque jour est différent. Je préfère ne pas faire de proonostics.»

Michael Schär, équipier modèle au sein de l’équipe BMC, a donné le rythme du peloton durant les 140 premier km de l’étape. «Les derniers jours se sont révélés très intenses. Comme dans la phase finale, Simon Gerrans et Alessandro de Marchi sont venus me prêter main-forte, il était encore plus difficile d’attaquer parce que mous avons encore passé la  vitesse supérieure. Des compliments, Michael Schä en a reçu de son propre leader. «C’est juste incroyable de voir quelle puissance il est parvenu à développer.»

Finalement, l’étape a connu deux courses en une. Un groupe fort de 18 coureurs représentant 16 équipes est parti en échappée pour franchir la Furka et le Klausen en espérant s’imposer. Mais c’est finalement seulement 5 coureurs qui ont réussi à précéder Richier Porte sur la ligne à Gommiswald.

Soren Kragh Andersen (SUN/DEN), le meilleur d'entre eux, a trouvé les moyens de fêter son plus grand succès en tant que professionnel. «Je suis heureux et je remercie l'équipe qui m'a donné l'occasion de tenter ma chance aujourd’hui. Pour moi, le dur travail consenti lors de l’entraînement a payé. Lorsque Michael Gogl a attaqué dans le final, je prenais un risque parce que j'attendais le contre d’un autre coureur. En fin de compte, mon pari a payé, bien que je ne sois pas le meilleur des grimpeurs. Cette victoire à Gommiswald renforce ma confiance.»

share this page