Série hivernale 3/4 – Le Soigneur
27. janvier 2019

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Pendant le Tour Down Under, nous avons parlé avec le Soigneur Rudy Pollet de Deceuninck – Quick-Step des tâches d’un Soigneur, de la passion et des souhaits particuliers des coureurs. Il nous dit aussi ce que les chauffeurs mangent au petit déjeuner et qui fait le meilleur café.

Tour de Suisse: Alors, Rudy, vous travaillez actuellement sur le Tour Down Under en Australie. Pouvez-vous nous parler de votre travail de soigneur ? Je suis sûr qu’il ne s’agit pas seulement de distribuer des musettes dans la rue.
Rudy Pollet:Nous nous occupons en fait de beaucoup de choses. Massages, remplissage de bouteilles, nettoyage de voitures, courses, prise en charge des chauffeurs à l’aéroport, gestion des réservations d’hôtel, blanchisserie, paniers-repas pour le personnel et restauration pour les chauffeurs.

TdS: Vous êtes donc une sorte d’éclaireur d’équipe : préparé à toutes les éventualités et toujours là quand on a besoin de vous ?
RP:Oui, nous devons être prêts à faire face à toutes les situations.

TdS: Le mot Soigneur vient à l’origine du domaine du massage. Mais dans le cyclisme moderne, les soigneurs ont tellement plus de tâches à maîtriser. Où trouver l’énergie et la puissance nécessaires pour les massages sportifs du soir ?
RP:La passion pour le sport me motive et travailler avec les jeunes contribue probablement à la leur. (rires)

TdS: Vous voyagez d’hôtel en hôtel à l’étranger. Comment s’assurer que les chauffeurs reçoivent un dîner et un petit déjeuner corrects ?
RP:Je contacte toujours les hôtels avant le départ de la course, par téléphone et par e-mail pour discuter de toutes les questions concernant les chambres et les repas. Pour les grandes excursions, nous avons une voiture-cuisine avec son propre cuisinier.

TdS: En séjournant dans les mêmes hôtels que les équipes pendant la TdS, j’ai remarqué que les soigneurs ont tendance à épicer le petit déjeuner à l’hôtel. Qu’apportez-vous aux chauffeurs pour le petit déjeuner ?
RP:Nous fournissons aux chauffeurs du muesli, des flocons d’avoine, du miel, de la confiture, des avocats, des myrtilles, du café de notre propre machine, des noix, des fruits secs et des vitamines supplémentaires.

TdS: Où se trouve toute la nourriture préparée pour la course ?
RP:Nous avons une voiture avec une section pour les mécaniciens et une section pour les soigneurs (la cuisine).

TdS: Quelle nourriture est toujours en stock dans le bus Deceuninck Quickstep ?
RP:Après la course, les pilotes mangent généralement du riz et du thon ou un sandwich. Mais d’abord vient la boisson de récupération !

TdS: Combien de bidons par coureur remplissez-vous pour chaque étape ?
RP:Cela dépend de la chaleur et de l’intensité de la course.
Il pourrait être de cinq ou même de quinze.

TdS: Qui fait le meilleur café du wolfpack ?
RP:Pilote de bus Dirk Clarysse. Il le fait parfois avec Slivovitz(rires).

TdS: Quel est l’aliment le plus étrange ou le plus inhabituel qu’un conducteur vous ait jamais demandé de manger ?
RP: pop-corn frais. (rires)<

TdS: Y a-t-il quelque chose que vous apportez toujours avec vous au Tour de Suisse parce qu’il est difficile à trouver en Suisse ? Et avez-vous l’habitude de rapporter quelque chose de Suisse à la maison ?
RP : En Suisse, vous pouvez tout trouver. Mais j’essaie de tout acheter en Belgique, parce que nous avons beaucoup d’espace de stockage dans la voiture. Si je dois faire des courses, il y a suffisamment de filiales Lidl en Suisse.

TdS : Merci pour votre temps et bonne chance pour la saison 2019 !

Derniers articles

ACTYVO – YOU VS. ANYBODY

3, 2, 1 ­­– Let’s ride! Dès la mi-septembre, l'application ACTYVO sera disponible au...