Stefan Küng en jaune, la victoire d’étape pour Philippe Gilbert
11. juin 2017

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Seulement 24 heures après sa tranquille déception concernant sa deuxième place dans le premier contre-la-montre, Stefan Küng (SUI/BMC) a pu profiter d’un bel honneur. Pour sa première participation au Tour de Suisse, le natif d’Argovie a été autorisé à porter le maillot de leader à Cham.

La malchance semble s’être emparée de l’équipe BMC après la fête du prologue, lorsque Rohan Dennis a été impliqué dans une chute massive à 25 km de la fin de la deuxième étape et a dû abandonner son corsage jaune sans se battre. Plus tard, le capitaine de l’équipe, Damiano Carusa, a tenté sa chance dans la montée finale du Horben avec Jan Bakelants (BEL/ALM) et Rui Costa (POR/UAD). Mais ce trio était trop dangereux au vu du classement général et a dû se laisser rattraper 5 km avant la fin.

En fin de compte, les crédits de temps pour les arrivées sur scène n’ont joué aucun rôle. Le maillot du leader est resté dans l’équipe BMC, cette fois sur les épaules de Stefan Küng. « Un rêve d’enfant s’est réalisé pour moi. La vie a ses hauts et ses bas. Cette fois, le soleil brillait pour moi. C’est formidable pour moi de pouvoir porter le maillot jaune lors de mon propre tour du pays, surtout le lundi quand j’arrive dans la capitale, Berne ». 5 km avant l’arrivée, l’Argovien se doutait qu’il pourrait terminer à la première place du classement général, mais il a dû attendre les informations de la direction de course à l’arrivée pour en être sûr.

Philippe Gilbert était sous contrat avec BMC depuis cinq ans. Après cette saison, il est passé à un groupe sportif belge et le Belge s’est vraiment épanoui. Gilbert a remporté le Tour des Flandres et la Gold Race au printemps. Pour la première fois, Gilbert a pu enregistrer une victoire d’étape sur le Tour de Suisse : « J’avais déjà occupé les dix premières places, mais ce n’était jamais assez pour une victoire d’étape. En cette chaude journée de finale, je me suis concentré sur les roues arrière. Tout d’abord, nous avons parié sur Matteo Trentin. Mais soudain, je me suis retrouvé dans une position prometteuse et j’en ai profité pour gagner, après n’avoir réussi à obtenir que des places d’honneur au Tour de Suisse les années précédentes. Gilbert a comparé son triomphe à une victoire d’étape en Dauphiné Libéré, qu’il avait obtenue il y a onze ans : « A cette époque, le profil de l’étape était similaire à celui de l’étape. Le vainqueur de l’étape de Cham n’a pas oublié de mentionner les assistants de l’équipe qui sont intervenus à cette température élevée pour fournir au capitaine de l’équipe des graines de potion.

Derniers articles