Un Tour de Suisse en montagnes russes
19. juin 2022

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Le 85e Tour de Suisse masculin se termine aujourd’hui par un contre-la-montre individuel à Vaduz. Les femmes entament leur deuxième des quatre étapes. Et l’organisation du Tour, qui alterne les bas et les hauts, envisage l’avenir avec une joie créatrice confiante.

« Depuis dix jours, nous vivons sur des montagnes russes – et nous gardons le moral ». C’est avec le sourire qu’Olivier Senn, le directeur du Tour, prononce cette phrase sur l’état d’esprit qui règne avant le départ du contre-la-montre d’aujourd’hui pour les hommes et les femmes. Derrière la métaphore se cachent dix jours de dur labeur pour les coureurs, les équipes et toute l’organisation du Tour, accompagnés d’émotions en tout genre.

Du côté « joie et plaisir » de l’échelle des émotions, le sport et l’ambiance sur les lieux d’étape tiennent la vedette. A l’arrivée de la septième étape, c’est le Français Thibaut Pinot qui a triomphé hier à Malbun. Il a géré au mieux la montée finale et est arrivé à Malbun devant Óscar Rodriguez et le Kazakh Alexey Lutsenko. Derrière lui, la lutte pour le classement général s’est engagée. Grâce à une attaque sèche, Sergio Higuita – de son nom complet Sergio Andrés Higuita García – s’est assuré le maillot d’or. Geraint Thomas et l’ancien leader Jakob Fuglsang ont été distancés. La veille, Fuglsang avait hérité du maillot de leader du Russe Aleksandr Vlasov, qui avait quitté le Tour le matin même après avoir remporté l’étape dans la chaleur du Tessin. Auparavant, Stephen Williams, originaire du Pays de Galles comme Geraint Thomas, avait passé les quatre premiers jours du Tour en jaune. En bref, le Tour de Suisse, le plus exigeant depuis de nombreuses années, a inspiré aux coureurs un festival de cyclisme de haut niveau.

Une fête du vélo de lieu en lieu

Le public dans les villes-étapes et le long du parcours n’a rien à envier aux coureurs dans les villes-étapes et le long du parcours. « Depuis le départ de Küsnacht, nous assistons à une fête du vélo ininterrompue », se réjouit Olivier Senn. Les chiffres des médias numériques montrent également à quel point le Tour de Suisse est populaire : environ 400’000 personnes ont généré 2,5 millions de pages vues sur le site web au cours des dix derniers jours ; soixante pour cent des visites proviennent de Suisse. Le public en ligne apprécie la couverture en direct dans plusieurs langues et déclenche une interaction intense sur les canaux sociaux. A la télévision, la part de marché sur SRF 2 pendant la retransmission en direct est d’environ 30 pour cent. Quelque 107 000 téléspectateurs ont ainsi suivi l’étape de départ.

Le choc Covid à mi-parcours

Dans le spectre « crise et stress », l’irruption d’une vague de Covid dans le peloton figure en tête de liste. Vendredi matin, outre le leader Alexandr Vlasov, trois équipes complètes ont dû quitter le Tour après avoir été contrôlées positives au Covid. Une équipe avait déjà manqué le départ la veille. Olivier Senn : « Après une clarification minutieuse de tous les faits et un dialogue avec toutes les parties concernées, nous avons décidé vendredi matin de poursuivre la course avec les 18 équipes restantes. Nous étions prêts à tenir une nouvelle réunion de crise avec l’UCI et les représentants des équipes et des coureurs le samedi et, dans le pire des cas, à interrompre le Tour. La suite des événements a montré que cela n’était pas nécessaire. Notre concept de protection a fonctionné et, grâce à la discipline de tous les participants, nous avons pu garder la situation sous contrôle après le départ des personnes infectées ».

Avec l’apparition du Covid dans le Tour actuel, le jeune organisme responsable du Tour autour des deux entrepreneurs cyclistes Olivier Senn et Joko Vogel a passé un autre test de résistance. La société Cycling Unlimited AG, à laquelle participent également la fédération Swiss Cycling et l’entreprise de commercialisation de valeurs Infront, a pris les commandes après la fin du 83e Tour de Suisse en été 2019. Au lieu de la première dans la nouvelle structure, l’annulation a suivi en 2020. L’édition 2021 a eu lieu avec des restrictions massives en raison de la pandémie, avec des coûts d’accompagnement faramineux. « Sans le paquet d’aide de la Confédération, nous n’aurions pas survécu à cette crise », constate sans équivoque Olivier Senn. « Mais ce soutien financier n’est pas la seule raison pour laquelle nous existons aujourd’hui et pouvons vivre un Tour de Suisse enthousiasmant. Il s’est avéré que notre construction globale est plus solide que nous ne l’aurions jamais rêvé. L’idée de base de Cycling Unlimited est de créer, en collaboration avec Swiss Cycling, une plateforme solide pour le sport de masse et le sport d’élite sur vélo de course. Depuis trois ans, nous constatons que cette idée fonctionne même en période difficile. Cela nous donne du courage pour l’avenir ».

Des trajets de livraison plus courts, moins d’émissions

L’avenir du Tour de Suisse est déjà clairement esquissé pour les cinq prochaines années, y compris sur la carte nationale. Plusieurs contrats importants ont été signés avec des villes-étapes jusqu’en 2027. Nous conserverons le concept de hubs le week-end du départ et de l’arrivée. Nous nous réjouissons également de revenir bientôt en Suisse romande ». Ce sera le cas dès l’année prochaine à Villars-sur-Ollon (VD). Outre le développement sportif, la direction du Tour veille également aux conditions cadres. Ainsi, cette année, la restauration a été conçue pour chaque lieu d’étape avec des partenaires locaux. Cette approche décentralisée au lieu d’une solution centralisée représente une charge supplémentaire sensible pour toute notre organisation. Mais les circuits de livraison courts et l’ancrage local, tout comme la tendance aux véhicules à zéro émission, font partie de nos efforts en faveur d’une plus grande durabilité lors d’un grand événement. Dans ce parcours d’apprentissage et de création, nous acceptons volontiers des efforts supplémentaires », déclare Senn.

Finale des hommes, tour des femmes

La fin des montagnes russes du 85e Tour de Suisse se déroulera en deux parties. Tout d’abord, les hommes termineront leur tour aujourd’hui à Vaduz avec un contre-la-montre individuel. Stefan Küng, double national suisse et liechtensteinois et spécialiste du contre-la-montre, est en embuscade à la septième place du classement général, avec un retard de 2 minutes et 19 secondes sur le leader Sergio Higuita. Parallèlement, les femmes prennent le relais et termineront leur deuxième Tour de Suisse mardi soir à Lenzerheide. Un cocktail de tension, d’ambiance et de confiance. Un cocktail de tension, d’ambiance et de confiance.

/ / /

Tour de Suisse, service médias: Ueli Anken | +41 79 638 18 18 | media@tds.ch

Derniers articles